Une page se tourne dans l’aviation de loisir, de plus en plus ouverte aux énergies respectueuses de l’environnement. Une évolution suivie de très près à l’aéroport Lyon-Bron.

Électrique, solaire, hydrogène… La transition énergétique s’invite aussi dans l’aéronautique, où les sources propres et renouvelables font l’objet d’applications de plus en plus concrètes.

À l’aéroport Lyon-Bron, des discussions sont en cours avec les acteurs du secteur, notamment la Fédération Française d’Aéronautique, pour favoriser l’usage de premiers prototypes d’avions électriques.

 

 

 

 

 

 

 

 

De mêmes échanges ont été initiés avec un constructeur singapourien, dans l’espoir de voir un jour se poser des aéronefs à hydrogène à Lyon-Bron. « L’aéroport est très actif concernant le développement et l’implantation d’appareils fonctionnant avec des énergies renouvelables », confirme son directeur, Pierre Marnotte.

 

 

 

 

 

La dernière édition du salon France Air Expo, à Eurexpo-Lyon en juin dernier, a bien démontré que l’avenir de l’aviation légère suivrait ce cap résolument vert, avec en toile de fond de véritables ambitions en matière de réduction de bruit et d’émissions de CO2.

« Tous les avions présentés sur le salon sont de dernière génération », témoigne l’organisateur, Didier Mary. « Ils sont tous équipés de nouveaux petits moteurs et d’hélices qui réduisent la consommation et la nuisance sonore de près de 50 %. »

 

Des appareils plus propres et moins bruyants, en somme, à l’image de l’hélico drone Whisper, dont la dernière version a été présentée pour la toute première fois en Europe lors du salon lyonnais.